Partenariat Asie-Pacifique sur le développement propre et le climat

Le Partenariat Asie-Pacifique sur le développement propre et le climat (PAP) est un partenariat public-privé établi en 2005 qui a pris fin en avril 2011. Les pays partenaires étaient au nombre de sept, soit le Canada, l’Australie, la Chine, l’Inde, le Japon, la Corée du Sud et les États-Unis. L’objectif du partenariat était le déploiement et la diffusion de technologies énergétiques propres et l’adoption accrue de l’énergie propre dans les pays de l’Asie et du Pacifique. Le Partenariat employait un modèle de partenariat public-privé international qui a amené le secteur privé, les gouvernements et les établissements de recherche à collaborer dans la gestion des changements climatiques et de la pollution atmosphérique.

Le PAP a fourni un cadre de collaboration internationale en vue d'établir un climat propice à la mise au point, à la diffusion, au déploiement et au transfert de technologies et de pratiques existantes et émergentes, rentables à plus long terme, moins polluantes et plus efficaces parmi les pays partenaires, par le biais d'une coopération concrète et substantielle. Ces efforts ont permis aux partenaires d’obtenir des résultats pratiques et ont facilité l’atteinte des objectifs nationaux respectifs des pays participants en ce qui concerne la réduction de la pollution, la sécurité énergétique et les changements climatiques. Dans l’ensemble, le PAP a avalisé 175 projets et 22 projets phares entre 2005 et 2011.

Pour de plus amples renseignements au sujet du partenariat, veuillez visiter le site Web international du PAP.

La participation du Canada


Le Canada s’est joint au PAP en octobre 2007, et depuis, il a été un membre actif au sein de ce partenariat. Entre 2008 et 2011, le gouvernement du Canada a investi des fonds dans 35 projets du PAP dans les secteurs d’activité qui sont de grands consommateurs et producteurs d’énergie et qui sont les plus susceptibles de résoudre les problèmes liés aux changements climatiques et à la pollution atmosphérique. Le gouvernement du Canada a investi 13 millions de dollars dans des projets touchant des secteurs d’activité consommant beaucoup d’énergie, et en contrepartie, les secteurs public et privé ont versé près de 100 millions de dollars.

Ces projets ont permis de mettre en valeur l’innovation canadienne dans des pays tels que la Chine, l’Inde, le Japon, la Corée et les États-Unis. De plus, ils ont contribué à réduire les gaz à effet de serre, tout en procurant des avantages économiques aux Canadiens, et en permettant d’accélérer la mise au point de technologies non polluantes. La participation du Canada au PAP s’inscrivait dans le cadre de ses efforts nationaux, continentaux et internationaux pour lutter contre les changements climatiques.

Pour obtenir des renseignements additionnels au sujet des projets du PAP auxquels le Canada a participé, cliquer sur le nom des secteurs d’activité suivants :

 


Groupe de travail pour l’aluminium

L'industrie mondiale de l'aluminium évolue en réaction à l'accroissement des coûts des facteurs de production, aux exigences accrues en matière de performance environnementale et à d’autres pressions mondiales. Chaque étape du processus de production de l'aluminium a des impacts sur l'environnement, lesquels doivent être gérés de différentes façons. Il s'ensuit que cette industrie a envisagé des moyens permettant de réduire la consommation énergétique tout en augmentant la productivité dans le cadre du PAP.

L'industrie de l'aluminium au Canada appuie le gouvernement du Canada dans ses efforts de lutte contre les changements climatiques et la pollution atmosphérique. Dans le cadre de sa participation au Partenariat Asie-Pacifique sur le développement propre et le climat, le Canada a collaboré avec le groupe de travail pour l'aluminium du PAP à la réalisation des projets suivants :

Gestion des émissions de gaz à effet de serre (hydrocarbures perfluorés (HPC)) des alumineries
Contribution du Canada : 475 000 $
Pays/région ciblé : Chine et Inde
Période de financement : 2009/2010
Description du projet : L’objectif de ce projet était d’élaborer une procédure et des indices d’analyse comparative et de mesures des émissions de GES des alumineries et de fournir à la Chine et à l'Inde des connaissances de base visant à faciliter la collecte de données. Le projet visait également à aider la Chine et l'Inde à le faire au moyen des technologies de réduction des émissions et des techniques de gestion en usine canadiennes.
Réalisations : Le projet a mené à l'établissement d’un inventaire des émissions de HPC de quatre alumineries en Chine, à la formation des experts chinois pour l’utilisation du protocole de mesure normalisée des émissions de HPC et à la création d'un guide de gestion des HPC.


Gestion des émissions de gaz à effet de serre en Chine
Contribution du Canada : 20 000 $
Pays/région ciblé : Chine
Période de financement : 2010/2011
Description du projet : Le financement fourni par le Canada a servi à l'achat de technologie destinée à aider la Chine à suivre les progrès des réductions des émissions de gaz à effet de serre. Le projet visait à permettre à toutes les installations de production primaire de Chine de définir et de mettre en œuvre des possibilités techniquement applicables et rentables de réduire les sources primaires de GES pendant la production d’aluminium. Cet objectif peut être atteint en fournissant des outils appropriés pour l’établissement d’inventaires des GES et l’adoption de stratégies de réduction des émissions de GES adaptées à chaque aluminerie.
Réalisations : Deux spectrophotomètres à infrarouge à transformée de Fourier ont été acquis et six techniciens chinois ont été formés à la mesure des émissions de gaz à effet de serre au moyen de ces appareils.


Groupe de travail pour les bâtiments et les appareils

Le fait de réduire la quantité d’énergie utilisée pour les bâtiments et les appareils offre le potentiel de grandement diminuer les coûts. Les bâtiments et les appareils écoénergétiques réduisent également les émissions de gaz à effet de serre et la pollution atmosphérique. Puisque ces secteurs sont de grands consommateurs d’énergie, la participation du Canada au sein du groupe de travail pour les bâtiments et appareils du PAP allait de soi. Le Canada a contribué aux projets et initiatives mentionnés ci-après :

Projets de dialogue et de démonstration de maisons à consommation énergétique nette zéro (MCENZ)
Contribution du Canada : 495 000 $
Pays/région ciblé : Inde, Chine, Australie, Corée et États-Unis
Période de financement : 2009/2010 et 2010/2011
Description du projet : Les projets de dialogue et démonstration des « maisons à consommation énergétique nette zéro » (MCENZ) visaient à améliorer la compréhension des MCENZ au sein des pays partenaires, en vue de créer des conditions favorables à la réalisation des objectifs de la MCENZ. Ce projet a été choisi comme projet phare du PAP en raison de sa contribution exemplaire au Partenariat.
Réalisations : Le projet a permis à l'Energy Efficiency Exporters Alliance de faciliter le dialogue, de faire des recherches et de diriger des ateliers sur l’établissement et la mise en oeuvre de la MCENZ. L’amélioration du dialogue et de la collaboration a permis à l'industrie canadienne des MCENZ de cerner les possibilités d'investissement créées par l’importance accordée actuellement à l'efficacité énergétique et a contribué à stimuler le soutien financier des pays partenaires.


Communauté à consommation énergétique nette zéro à Shanghaï
Contribution du Canada : 975 000 $
Pays/région ciblé : Shanghaï, Chine
Période de financement : 2009/2010 et 2010/2011
Description du projet : Ce projet a pour objectif d’élaborer, de construire et de promouvoir des technologies propres en vue de construire une communauté éconergétique et durable d’habitations familiales à consommation énergétique nette zéro en marge de Shanghaï.
Réalisations : Ce projet a permis de faire une démonstration réussie de la construction d’habitations à consommation énergétique zéro en Chine et a confirmé la possibilité pour une maison unifamiliale de réduire considérablement ses émissions de CO2. L'expertise canadienne a été présentée dans le cadre des présentations de la Municipalité de Shanghaï, à l’Exposition universelle de Shanghaï qui a accueilli plus de 70 millions de visiteurs. Dans l’ensemble, le projet a amélioré la crédibilité de l'expertise canadienne et a permis de créer de nouvelles possibilités d’affaires pour l’habitation à haut rendement énergétique en Chine. 


Condominiums durables en Chine
Contribution du Canada : 500 000 $
Pays/région ciblé : Chongqing, Chine
Période de financement : 2009/2010 et 2010/2011
Description du projet : Le projet visait à concevoir et à construire un condominium de démonstration de taille réelle, conçu comme étalage itinérant, en vue d’illustrer et de promouvoir la conception, les produits, les technologies et les systèmes de construction durable de pointe. Le projet visait en particulier cinq aspects de la construction durable pour le condominium : énergie, eau, utilisation des terres, vie saine et matériaux.
Réalisations : Le condominium a efficacement réduit la consommation d'énergie et s’est révélé plus durable que le condominium ordinaire en Chine. Le projet a permis la démonstration de ce concept d’une entreprise canadienne à l'étranger. Puisque la région de Chongquin prévoit construire des millions de condominiums au cours des cinq prochaines années, il existe maintenant un énorme potentiel pour l’étude de ce genre de condominium canadien comme logement social. En sollicitant le milieu de la construction écologique et l'acheteur de maison moyen, ce condominium de démonstration a aidé à favoriser une réorientation vers une vie urbaine durable, a servi de catalyseur à la réduction des émissions de GES du secteur de la construction et a rehaussé l'image du Canada comme chef de file international du développement durable. De fait, plus de 200 000 visiteurs et de nombreux invités additionnels ont visité le site Web du condominium. Le projet a par conséquent contribué à promouvoir les technologies canadiennes et a servi de marché à la construction durable.


Habitations éconergétiques à Ottawa
Contribution du Canada : 500 000 $
Pays/région ciblé : Ottawa, Canada
Période de financement : 2009/2010 et 2010/2011
Description du projet : Le projet consistait à créer des habitations éconergétiques sur 4,3 hectares à Ottawa, afin de faire la démonstration de technologies de mise en place de ce genre d’habitations. Le développement résidentiel a fait appel à une conception innovatrice intégrant des technologies vertes comme la remise en état et l’énergie solaire afin de réduire l’impact environnemental de la nouvelle collectivité et d’atteindre les objectifs de consommation énergétique zéro.
Réalisations : Le projet a contribué à améliorer le rendement et à accroître la compréhension des solutions technologiques visant à réduire les émissions de GES du secteur de la construction.


Conception d'enveloppes écologiques – édifices de l’avenir
Contribution du Canada : 500 000 $
Pays/région ciblé : Chine
Période de financement : 2009/2010 et 2010/2011
Description du projet : Ce projet visait à soutenir les réseaux nationaux et internationaux en place pour la mise en commun de recherches au chapitre de la conception d’enveloppes de bâtiment écologiques (y compris les murs, les toits et les fondations) qui permettraient de réduire de 75 % les émissions de GES associées au chauffage, au refroidissement et à la construction des bâtiments.
Réalisations : Les résultats du projet contribueront aux objectifs à long terme qui sont d’arriver à un impact environnemental et économique positif. Le projet a mené à des recherches sur la conception d'enveloppes écologiques réduisant les émissions de GES associées au chauffage, au refroidissement et à la construction des bâtiments. De plus, dans le cadre du projet, la ville de Vancouver a signé un protocole d'entente avec Sino-Singapour Eco City en vue de la construction d’un centre canadien de R-D sur la consommation énergétique nette zéro en Chine. 


Maisons en rangée à consommation énergétique nette zéro à Jinqiao
Contribution du Canada : 375 000 $
Pays/région ciblé : Shanghaï, Chine
Période de financement : 2009/2010 et 2010/2011
Description du projet : Le projet avait pour objectif de construire des maisons en rangée à consommation énergétique zéro, en vue de démontrer et d’évaluer le concept de la consommation énergétique nette zéro dans un secteur du marché de l’habitation en pleine croissance en Chine.
Réalisations : Les architectes, ingénieurs, entrepreneurs et décideurs ont pu bénéficier d’une formation sur la conception d’habitations résidentielles à émissions de carbone zéro. Ainsi, le projet a permis de rehausser le profil des entreprises canadiennes de construction écologique, comme chefs de file sur le marché local. Le projet a pu prouver la viabilité des technologies d'énergie renouvelable et éconergétiques au sein d’un des marchés d’habitation où la croissance est parmi les plus fortes au monde.


Cité écologique de Tianjin
Contribution du Canada : 500 000 $
Pays/région ciblé : Chine
Période de financement : 2009/2010 et 2010/2011
Description du projet : Le projet visait à préparer les dessins de la construction d'une école internationale supérieure située à Tianjin, en Chine. Il a nécessité la collaboration avec de multiples concepteurs et des instances gouvernementales et quasi gouvernementales, qui sont tous parties prenantes dans la réussite de l'application des politiques de développement durable.
Réalisations : Le projet a permis de concevoir et de présenter avec succès une série d'ateliers sur les technologies de construction écologiques et la conception de quartiers durables, ainsi que d'établir d'étroites relations avec des intervenants clés de Tianjin, rehaussant ainsi la renommée du Canada comme chef de file en matière de développement durable


Thermopompe à eau dans la province côtière de Guangdong
Contribution du Canada : 400 000 $
Pays/région ciblé : Municipalité de Jiangmen, province de Guangdong, Chine
Période de financement : 2009/2010 et 2010/2011
Description du projet : Le projet visait à créer un centre de démonstration de l'application technologique et de la viabilité financière d’une thermopompe à eau souterraine dans la ville de Nanjing. Le quartier de Nanjing City Square est le futur emplacement de l’administration municipale de Nanjing. Ce lotissement comprend 4 tours de 17 étages interreliées, en forme de L; l’objectif du projet est de chauffer et de climatiser 160 000 m2 au moyen d’une thermopompe à eau souterraine.
Réalisations : Le projet a mis en évidence d’importants avantages écologiques et, au moyen d’une énergie propre, il a permis de réaliser des économies annuelles d'environ 881 tonnes de charbon. La quantité de charbon économisée est équivalente à une réduction annuelle de 2 334 tonnes d’émissions de CO2, ainsi qu’à une réduction du SO2 de 12 334 kg par an.


Transfert du programme de rénovation éconergétique au Japon
Contribution du Canada : 240 000 $
Pays/région ciblé : Japon
Période de financement : 2010/2011
Description du projet : Le projet consistait principalement à adapter et à transférer le programme de rénovation éconergétique qui a été mis en œuvre au cours des deux dernières décennies au Canada, en vue de son application au Japon. Il visait à transférer des technologies et des capacités comme la vérification de l’énergie, l’analyse de l’énergie, l’évaluation de l'étanchéité à l'air, les méthodes d’étanchéisation et de réisolation au secteur de la construction japonais.
Réalisations : Selon le climat, l'alimentation énergétique, les conditions existantes de l’habitation et les mesures d’efficacité énergétique mises en œuvre, des réductions de GES de l'ordre de 2 à 6 tonnes d'équivalents de CO2 par année et par habitation étaient anticipées à l’adoption de ce programme. Ces résultats correspondent à un potentiel de réductions annuelles de GES d’environ 1 632 000 à 4 896 000 tonnes d'équivalents de CO2 par année. En fin de compte, les réductions réalisées de GES du programme de rénovation éconergétique contribueraient à l’objectif fixé du Japon de 25 % de réduction des émissions de GES d’ici 2020, comparativement au niveau de 1990.


Élaboration de la chaîne de valeur d’Amérique latine
Contribution du Canada : 83 145 $
Pays/région ciblé : Brésil, Argentine, Colombie et Costa Rica
Période de financement : 2010/2011
Description du projet : Ce projet visait à cerner la capacité actuelle de développement domiciliaire, les principaux acteurs et les milieux économique, social et réglementaire à l’appui, qui influent sur l'efficacité énergétique de l’habitation dans ces quatre pays d’Amérique du Sud.
Réalisations : Le projet a permis aux pays partenaires du PAP d’étudier la possibilité de mettre en œuvre des MCENZ avec des pays d’Amérique latine ne faisant pas partie du PAP.


Groupe de travail pour l’énergie fossile propre

Ensemble, les pays du PAP produisaient 54 % des émissions mondiales de dioxyde de carbone provenant de la consommation de combustibles fossiles. Le Canada a reconnu que le charbon, le pétrole et le gaz naturel resteront des combustibles d'importance capitale pour l’économie des sept pays partenaires. Devant une demande énergétique qui ne cesse de croître dans les pays de l’Asie-Pacifique, il faut améliorer l’efficience et la performance environnementale de l'utilisation des combustibles fossiles. Le Canada a contribué à des projets visant à améliorer l’efficience et la performance environnementale de l'utilisation fixe du charbon, du pétrole et du gaz naturel :

Possibilités de réduction des émissions de GES et d'amélioration du rendement énergétique en amont de l'industrie pétrolière et gazière en Chine

Contribution du Canada : 489 175 $
Pays/région ciblé : Chine
Période de financement : 2009/2010 et 2010/2011
Description du projet : Le projet visait à faciliter l’élaboration d’un programme de réductions vérifiables des émissions de GES et des principaux contaminants atmosphériques dans les installations en amont de l’industrie pétrolière et gazière en Chine, grâce au transfert de l'expertise technique et au soutien technique.
Réalisations : Les activités du projet ont consisté à transférer l'expertise technique et à fournir un soutien technique pour la définition des principales possibilités de réduction efficiente des émissions, à évaluer les possibilités de contrôle et à mettre en œuvre des solutions.


Récupération des gaz d’enfouissement à Yanji
Contribution du Canada : 350 000 $
Pays/région ciblé : Chine
Période de financement : 2009/2010 et 2010/2011
Description du projet : Le principal objet du programme était de récupérer des gaz d’enfouissement expulsés dans l'atmosphère par deux décharges situées près de la ville de Yanji, en Chine, et de les utiliser pour produire de l’électricité.
Réalisations : Les fonds ont servi à la préparation du document de conception du projet dans le cadre du Mécanisme pour un développement propre, sa validation et son enregistrement auprès de la CCNUCC, d’une étude de faisabilité, l’exécution d’une étude d’impact environnemental, ainsi que le forage de puits pour vérifier le débit de gaz avant de déterminer la taille de l’équipement nécessaire pour le projet.


Technologies et méthodes de vérification, de mesure et de surveillance pour la capture et le stockage du carbone (CSC)
Contribution du Canada : 287 500 $
Pays/région ciblé : Chine
Période de financement : 2009/2010 et 2010/2011
Description du projet : Ce projet constituait un partenariat entre l'Institut de la mécanique des sols et des roches de l'Académie chinoise des sciences et l'Université St. Francis Xavier. Il consistait à injecter du CO2 et des impuretés de N2 et O2 à environ 250 m de profondeur dans un aquifère, puis à observer le déplacement relatif et l'immobilisation préférentielle dans le désert de la Mongolie intérieure.
Réalisations : La première démonstration canadienne d'importance de captage du CO2 a aidé à développer la capacité canadienne et chinoise d'entreprendre la mise au point d’outils à haut rendement pour la vérification, la surveillance et la mesure.


Projet Chine-Canada de séquestration de CO2 dans des couches de charbon trop profondes pour être exploitées
Contribution du Canada : 500 000 $
Pays/région ciblé : Chine
Partenaire: Petromin Resources Ltd.
Période de financement : 2009/2010 et 2010/2011
Description du projet : Le projet visait à déployer des efforts en vue de réduire les gaz à effet de serre en améliorant la mise au point de technologies d'injection et de stockage du CO2 dans des couches profondes de charbon, et de déterminer s'il sera possible de se servir des veines de houille de la Chine comme sites de stockage à long terme du CO2. Le projet avait aussi pour mandat de recueillir des données importantes concernant le potentiel commercial de l’amélioration de la récupération du méthane houiller au moyen d’injections de CO2.
Réalisations : Le projet a permis de transférer et de mettre au point des technologies améliorées de stockage du CO2 canadiennes en Chine. Ce faisant, le Canada a pu faire la démonstration de ses technologies de pointe, augmentant d’autant les possibilités de les appliquer et de les reproduire ailleurs dans le monde et créant d’autres marchés pour l'expertise et le savoir-faire du Canada en matière d'énergie propre.


Réservoirs avancés de stockage de gaz naturel pour l'alimentation de secours et la production énergétique décentralisée
Contribution du Canada : 500 000 $
Pays/région ciblé : Inde
Période de financement : 2009/2010 et 2010/2011
Description du projet : Le projet visait à permettre la démonstration et la commercialisation de technologies de stockage du gaz naturel par le Canada, en Inde, en vue d'atténuer les émissions de GES dans le cadre de la production d'électricité.
Réalisations :Visant à atténuer la contribution les changements climatiques, le projet a permis de catalyser et de faciliter le transfert et l'adoption de la technologie des bouteilles en composite canadiennes en Inde. Utilisée dans ce pays, la technologie a permis de réduire les émissions de CO2 des génératrices de secours de 15 %, par suite de la transition du diesel au gaz naturel.


Études coopératives de faisabilité de l’amélioration de la capacité de captage de CO2 à grande échelle et de récupération assistée du pétrole dans une centrale électrique alimentée au charbon
Contribution du Canada : 248 000 $
Pays/région ciblé : Chine
Période de financement : 2009/2010 et 2010/2011
Description du projet : Le projet visait à jeter les bases d’une collaboration à très long terme dans le domaine de la technologie de la réduction des GES. La démonstration étendue de la technologie de captage du CO2 après combustion dans une centrale alimentée au charbon est un élément clé pour la progression vers l’objectif d’utilisation commerciale de cette technologie qui est largement considérée comme une approche dotée d’un grand potentiel pour la réduction d’émissions de GES à grande échelle.
Réalisations : Ce projet a aidé à stimuler les réductions d’émissions de GES et à réduire les niveaux d'intensité énergétique bien au-delà de la portée et des limites du projet. Il s’est également révélé un modèle durable sur les plans environnemental et économique.


Groupe de travail pour les mines de charbon

L'industrie du charbon reconnaît qu'elle doit relever le défi que représente la durabilité environnementale et qu'elle doit en particulier réduire ses émissions de gaz à effet de serre si elle veut continuer à faire partie d'un avenir énergétique durable. Dans le cadre de sa participation au PAP, le Canada a contribué à des projets et initiatives qui ont mené à une augmentation de la sécurité, de la productivité et des revenus dans l’industrie minière :

Santé et sécurité dans les mines de charbon
Contribution du Canada : 25 000 $
Pays/région ciblé : Australie, Chine, Inde, Japon, États-Unis.
Période de financement : 2009/2010 et 2010/2011
Description du projet : Le projet visait à établir une approche stratégique de la gestion des risques et à progresser vers l’objectif qu’est l’absence de morts et de blessés dans l'industrie minière des pays partenaires.
Réalisations : Le projet a contribué à définir les principales pratiques permettant de contrôler les risques en matière de santé et de sécurité, tout en identifiant les experts et ressources disponibles dans les pays partenaires . Il incluait des travaux relatifs à l’automatisation, au renforcement des opérations de secours, à l’amélioration de la capacité de communications et de réglementation, ainsi que des procédures de surveillance.
 


Extinction des feux dans les gisements de charbon
Contribution du Canada : 250 000 $
Pays/région ciblé : Chine
Période de financement : 2009/2010
Description du projet : Les feux dans les gisements de charbon représentent environ 4 % des émissions de GES en Chine. Le projet visait à fournir le savoir-faire, la machinerie et les connaissances techniques nécessaires pour éteindre les feux dans les gisements de charbon, tout en atténuant les émissions de GES résultant de ces incendies. Il avait aussi pour objectif de former notre partenaire chinois à l’utilisation des systèmes pour les nombreux feux survenant dans les gisements de charbon en Chine.
Réalisations : Des améliorations et des développements technologiques ont été transférés pour améliorer la capacité de la Chine à éteindre les feux. Cet exercice d’amélioration des capacités constituait l’un des piliers de l’objectif général de réduction des émissions nettes de GES dans le cadre du Partenariat Asie-Pacifique.


Groupe de travail pour le ciment

En participant au PAP, le Canada a contribué aux efforts visant à lutter contre les changements climatiques et à diminuer la pollution atmosphérique dans le secteur du ciment. À cette fin, le Canada a participé à des projets et initiatives cherchant à améliorer davantage l’efficacité énergétique des technologies de production du ciment, et à promouvoir l’augmentation de l’utilisation d’énergie renouvelable ou de remplacement et de matériaux de remplacement. Le Canada a participé aux projets suivants :  

Transfert de technologie éconergétique relative au ciment en Chine
Contribution du Canada : 450 000 $
Pays/région ciblé : Chine
Période de financement : 2009/2010 et 2010/2011
Description du projet : L'objectif général du projet était de soutenir les efforts de l'industrie du ciment et du béton en vue de relever les défis des restrictions du carbone à l’avenir, en réduisant la quantité de clinker requise par unité de matériau à base de ciment. La technologie a été mise au point en collaboration avec un grand consortium d’entreprises canadiennes de premier plan, y compris les grands producteurs de ciment.
Réalisations : Le projet a permis de définir les exigences de compatibilité du programme canadien et du contexte chinois, d’élaborer des méthodes et des procédures de collecte de données et de promouvoir les technologies éconergétiques canadiennes de production de ciment, dans le cadre d’ateliers et de consultations de l'industrie locale chinoise.


Initiative de durabilité de l'infrastructure
Contribution du Canada : 355 000 $
Pays/région ciblé : Chine
Période de financement : 2009/2010 et 2010/2011
Description du projet : Cette initiative avait pour objectif d'évaluer l'applicabilité et de faciliter le transfert de technologies et d'outils qui contribueront à améliorer la durabilité de l'infrastructure souterraine et de surface visée en Chine. Les systèmes d'infrastructure dans ce pays connaissent et continueront de connaître une expansion rapide, offrant une occasion unique de prendre des décisions en matière de conception et de construction qui auront des effets positifs durables sur les plans environnemental, économique et social.
Réalisations : Le projet a permis de retirer des avantages sur les plans environnemental, social et économique en transférant les technologies d'infrastructure verte à la Chine. Le projet a donné lieu à la mise au point d’outils d'évaluation du cycle de vie de l’infrastructure tenant compte des considérations opérationnelles et techniques de la Chine.


Utilisation des microalgues provenant des GES pour produire des combustibles renouvelables
Contribution du Canada : 280 000 $
Pays/région ciblé : Chine
Période de financement : 2009/2010 et 2010/2011
Description du projet : L'objectif général du projet était de contribuer à réduire les GES produits par l'industrie du ciment en utilisant une technologie à base de combustible de biomasse à haute énergie dans les usines de ciment en Chine. La biorestauration de CO2 est actuellement la méthode la plus efficace pour réduire les émissions de GES de la production de ciment. Les microalgues constituent une forme de biorestauration de CO2 qui consomme le CO2 sous forme de matière première pour produire un biocombustible en quantité, par acre, beaucoup plus importante que celle du maïs, du soja, de l'huile de palme ou du panic raide.
Réalisations : Le projet a permis de réaliser une étude de faisabilité des technologies en Chine en vue d’évaluer les possibilités d’utilisation et d’application futures de la technologie de Pond Biofuels Inc. dans les usines de ciment de Chine.


Remplacement du charbon dans l'industrie mondiale du ciment
Contribution du Canada : 246 000 $
Pays/région ciblé : Canada
Période de financement : 2010/2011
Description du projet : Ce projet a pour objectif d’améliorer les émissions de polluants atmosphériques et de gaz à effet de serre des activités de production de ciment. Le résultat souhaité consistait à contribuer à substituer la biomasse au charbon, de façon efficace sur le plan énergétique, dans les installations de fabrication de ciment du monde entier en vue de réduire de manière substantielle les émissions nettes de gaz à effet de serre.
Réalisations : L’élaboration et l’utilisation des technologies propres canadiennes dans les installations de production de ciment des économies émergentes ont contribué substantiellement à atténuer les émissions de GES dans le monde.


Projets liés à la production et au transport de l’électricité

Les sept pays participant au Partenariat Asie-Pacifique sur le développement propre et le climat produisent environ 54 % de l’électricité à l’échelle de la planète. L’amélioration de l’efficacité de la production et du transport de l’électricité dans les pays partenaires pouvait donc réduire de millions de tonnes les émissions de CO2 et de polluants. Par sa contribution au groupe de travail pour la production et le transport d’électricité, le Canada a participé à des projets qui ont accéléré l’adoption des meilleures pratiques du monde pour la production d’électricité dans les secteurs de la production et du transport de l’électricité. Ces projets sont les suivants :  

Enquête pour la démonstration d’un système d’allumage au plasma
Contribution du Canada: 50 000 $
Période de financement: 2010/11
Pays/Région ciblé: Chine
Description du projet: Ce projet a été élaboré pour complémenter un projet existant du Partenariat Asie-Pacifique dont la mise en œuvre était gérée par la Chine en partenariat avec d’autres membres du PAP. L’initiative vise à mettre en œuvre une technologie canadienne d’allumage au plasma permettant d’améliorer l’efficacité énergétique et de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) en Chine.
Réalisations: Ce projet a généré la mise en place d’un système d’allumage au plasma en Chine et a permis au secteur canadien de l’énergie d’améliorer sa propre efficacité énergétique et de réduire ses émissions de GES. Le projet a également fait la démonstration d’un système d’allumage au plasma avec succès en Chine et fait la promotion de l’efficacité énergétique dans l’industrie de l’énergie au charbon au Canada et en Chine. Enfin, ce projet à offert un grand potentiel de réduction des GES dans les secteurs de l’énergie chinois et canadien.


Amélioration de l’efficacité d’une centrale thermique dans le but de réduire les émissions de gaz à effet de serre en Inde
Contribution du Canada: 500 000 $
Période de financement: 2009/10 et 2010/11
Pays/Région ciblé: Inde
Description du projet: Ce projet avait pour principal objectif de permettre à l’Inde d’accéder aux technologies propres et à l’expertise de partenaires privés afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre émanant des centrales thermiques indiennes.
Réalisations: Des efforts ont été faits afin de déployer certaines technologies permettant d’augmenter l’efficacité énergétique des centrales thermiques en Inde. Pendant le projet, Environnement Canada a veillé à faciliter le transfert de technologies propres et leur utilisation dans les centrales thermiques indiennes. Le projet a permis de faire la démonstration des technologies propres et à ouvert la porte à leur duplication partout en Inde.


Groupe de travail pour l’énergie renouvelable et la production décentralisée

Les technologies relatives à l’énergie renouvelable, comme l’énergie hydroélectrique (grands et petits barrages), solaire, géothermique, éolienne et marémotrice, peuvent donner de l’électricité pratiquement sans émissions. La production décentralisée, y compris la production d’électricité à partir de méthane provenant des déchets des décharges, peut aussi nettement réduire les émissions et faire la promotion d’un plus grand rendement sur le plan des coûts et des réseaux. Le Canada a contribué à des projets axés sur le déploiement à grande échelle de l’énergie renouvelable, la diversification des sources d’approvisionnement en énergie et l’amélioration de la sécurité énergétique dans les pays partenaires.

Projet d’énergie propre – pipeline pour une énergie ultrapropre
Contribution du Canada : 498 000 $
Pays/région ciblé : Pays du PAP
Période de financement : 2009/2010 et 2010/2011
Description du projet : Ce projet misait sur le concept hautement innovateur de la combinaison des technologies de la pile à combustible et des pipelines pour créer une unité de production décentralisée ayant un rendement énergétique gaz-énergie produite très élevé et produisant 13 fois moins d'émissions de NOx qu'une centrale à cycle mixte standard. Le concept constitue une unité de production décentralisée ayant un rendement énergétique gaz-énergie produite très élevé.
Réalisations : Le projet était axé sur le financement de l’acquisition de données et de l'analyse du rendement de la centrale. Des investissements dans les systèmes d’acquisition de données ont été faits afin de fournir les données pour un site Web du projet destiné à permettre aux chercheurs et aux ingénieurs des services publics de gaz et d’électricité des pays du PAP de surveiller le rendement du système.


Conversion de biomasse lignocellulosique en éthanol
Contribution du Canada : 500 000 $
Pays/région ciblé : Chine
Période de financement : 2009/2010 et 2010/2011
Description du projet : Ce projet visait à dégager les principaux facteurs qui limitent la bioconversion efficace de résidus lignocellulosiques en éthanol et d’autres produits de haute valeur. La mise au point d’un procédé commercialement viable d'éthanol cellulosique est d’une importance cruciale pour réduire la dépendance envers les combustibles fossiles et diminuer les émissions de GES.
Réalisations : Le projet a été réalisé par des scientifiques se trouvant dans trois pays du Partenariat Asie-Pacifique (soit Canada, Chine, États-Unis) travaillant en collaboration pour faire avancer le développement et l’utilisation éventuelle d’un procédé de production d'éthanol cellulosique.


Démonstration d’une centrale électrique photovoltaïque
Contribution du Canada : 500 000 $
Pays/région ciblé : Chine
Période de financement : 2009/2010 et 2010/2011
Description du projet : Le but du projet était de construire une centrale électrique photovoltaïque de démonstration ayant recours aux technologies les plus efficaces, tout en faisant simultanément la démonstration d’une plateforme technologique rapidement adaptable aux très grandes centrales. La technologie des systèmes à concentrateurs photovoltaïques offre la plus grande efficacité de conversion de toutes les technologies solaires.
Réalisations : Ce projet, dirigé par le Canada, a permis de construire une centrale de démonstration de 200 kW qui, en elle-même, permet d’éviter la production de 124 000 tonnes d'émissions de CO2 par année par les centrales alimentées au charbon. Tout au long du projet, une équipe de trois entreprises a fait la démonstration de cette capacité d’avant-garde du Canada, des États-Unis et de la Chine. Le projet a atteint un certain nombre de priorités nationales de la Chine, soit de réduire la production de gaz à effet de serre, d’électrifier les régions rurales ou éloignées et de créer des emplois locaux.


Systèmes de conversion de l'énergie marémotrice
Contribution du Canada : 500 000 $
Pays/région ciblé : Corée
Période de financement : 2009/2010 et 2010/2011
Description du projet : Cette initiative visait la conception et la fabrication d'un système commercial de conversion énergétique des courants de marée, fondé sur la technologie appartenant à une entreprise canadienne. Le projet a aussi permis de tirer parti de l’occasion unique de mettre à l’essai cette technologie canadienne dans une centrale pilote coréenne pendant un an. Les objectifs généraux consistaient à améliorer la compréhension des technologies de conversion de l'énergie et à faciliter l’avancement significatif des technologies marémotrices du Canada.
Réalisations : Le projet a servi d’élément de base de l'étude et a amélioré la compréhension des interactions de la technologie de conversion de l'énergie marémotrice et des réseaux de distribution de l’électricité, ce qui est d’une importance cruciale pour l’application de ce type d’énergie. Le projet a aussi facilité l'accélération de la mise au point et de l’utilisation de technologies marémotrices, grâce à une collaboration internationale des partenaires canadiens, coréens et américains.


Éolienne pour l’approvisionnement de villages éloignés
Contribution du Canada : 500 000 $
Pays/région ciblé : Inde
Période de financement : 2009/2010 et 2010/2011
Description du projet : Ce projet visait à mettre en application la technologie MARS en Inde, avec pour objectif d’accroître et d’améliorer l'électrification rurale dans le pays et d’exploiter une énergie renouvelable pour la lutte contre les changements climatiques.
Réalisations : Le résultat général du projet a été d’appliquer la technologie MARS en Inde pour miser pleinement sur cette technologie au pays et introduire l'énergie éolienne dans l’ensemble des sources d’électricité des villages ruraux qui sont hors des réseaux de distribution. Le projet a pu faire la démonstration de la technologie MARS à l’échelle nationale et internationale, favorisant ainsi le développement et l’application future de cette technologie dans le monde.


Démonstration, analyse et transformation du marché des pompes géothermiques en Inde
Contribution du Canada : 446 160 $
Pays/région ciblé : Inde
Période de financement : 2009/2010 et 2010/2011
Description du projet : Le but de ce projet était de démontrer l’efficacité de la technologie des pompes géothermiques en Inde, de fournir une étude de marché et des mesures de rendement axées sur le système d’électricité, de transférer les meilleures connaissances et technologies et de mettre en application une stratégie appropriée de transformation du marché en Inde.
Réalisations : Le projet a permis d’améliorer et de mettre à l’essai les moyens d’économiser l’électricité, ainsi que le potentiel en énergie et en énergie renouvelable de la technologie des pompes géothermiques pour les systèmes de chauffage, ventilation et conditionnement d’air et le chauffage de l’eau sous différents climats et dans différents contextes géologiques de l'Asie méridionale.


Thermopompe pour la climatisation et le chauffage dans la région côtière de Guangdong (ville de Jiangmen)
Contribution du Canada : 243 000 $
Pays/région ciblé : Chine
Période de financement : 2010/2011
Description du projet : Le projet avait pour objectif principal de faire la démonstration de l'applicabilité technologique et de la viabilité financière de pompes géothermiques dans les régions côtières du sud de la Chine. L'initiative devait avoir des répercussions directes sur la réduction des GES en Chine, comme résultat de l’utilisation de technologies propres, et devait également renforcer la position des entreprises canadiennes dans le centre de la Chine.
Réalisations : Ce projet a permis d’utiliser et de promouvoir avec succès la technologie des thermopompes canadiennes en Chine.


Démonstration de systèmes de conversion des déchets en énergie
Contribution du Canada : 244 000 $
Pays/région ciblé : Chine
Période de financement : 2010/2011
Description du projet : Ce projet avait pour objet de faire la démonstration d’un système complet de conversion des déchets en énergie, utilisant la gazéification au plasma des déchets organiques pour la production d'électricité au moyen de piles à combustible à l’aide de l’hydrogène récupéré. La gazéification au plasma est un procédé selon lequel des chalumeaux à plasma sont utilisés pour faire fondre les composés inorganiques et pour gazéifier les composants organiques à haute température (plusieurs milliers de degrés), afin de produire des gaz synthétiques. Étant donné que le procédé suppose des températures très élevées, presque tous les éléments dangereux sont détruits et, par conséquent, la gazéification au plasma est l'une des méthodes les plus propres de traitement des déchets.
Réalisations : Le projet a été réalisé dans une usine pilote de Cheongsong, en Corée du Sud, où l'équipement de récupération de l'hydrogène existait déjà. Il s'agit de l'une des premières fois où l’on pouvait faire la démonstration à l’échelle pilote d’une solution complète de conversion des « déchets à l’énergie ». Le soutien obtenu a contribué à améliorer la position de chef de file du Canada sur le plan du développement et de la fabrication des produits à base de pile à combustible.